Amazing Cat

Thème by Galak'
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petite Brume

Aller en bas 
AuteurMessage
Petite Brume
Brumy, admine tortionnaire et légèrement schizophrène
avatar

Messages : 56
Miaulements : 74
Date d'inscription : 14/08/2014
Age : 16

Feuille de chat
Puf: Brumy
Liens: Ma grande soeur > Petite Galaxie
Lien de votre présentation:

MessageSujet: Petite Brume    Ven 15 Aoû - 13:11







Présentation de Petite Brume


200*400px de préférence

Qui suis-je ?



Noms : Petite Brume / Nuage Brumeux / Evanescence de Brume / Etoile Brumeuse
Age : 4 lunes
Sexe: Femelle
Clan : Immergeant
Rang : Chaton



Mon Apparence Physique


Imaginez une vieille chatte anciennement haute sur pattes, se tenant fière mais voûtée devant l'ombre noire et voilée de la mort. Imaginez que son pelage roux et brun pourtant d'un terne virant vers le noir clair devenir de plus en plus luisant jusqu'à briller de mille feux, aveuglant les quelques spectateurs d'une telle merveille qui est, à la fois, une horreur absolue. Imaginez ses yeux d'un vert foncé, l'éclat de ses prunelles s'affaiblissant pour finir par s'éteindre quand soudain, dans un sursaut de lumière, ils revinrent à la vie. Ses iris redevinrent vertes, mais ce vert était si clair, tel du cristal d'émeraude, qu'il était impossible de la regarder dans les yeux. Imaginez ses membres et ses muscles devenus engourdis, la faisant souffrir à chacun de ses mouvements qui, à cet instant même subirent un retour en arrière et redevinrent comme dans sa jeunesse. Imaginez qu'elle courait à en perdre haleine ne perdant pas des yeux l'immensité de lumière qui se dégageait au loin, au fond de ce tunnel tant redouté par nombre de chats. Imaginez comme le vent soufflait, ébouriffant sa douce fourrure soyeuse, l'irradiant de lumière. Imaginez-là non pas atterrée ni horrifiée par son expérience, elle était joyeuse, euphorique même. Elle se consumait de l'intérieur, ne cherchant plus à lutter contre la maladie incurable qu'elle subissait depuis son enfance, elle mourait mais en était heureuse. Imaginez-là atteindre enfin la lumière, se retourner et articuler des mots d'amour pour ses proches qui les entendraient dans leur sommeil, ne se doutant pas de la façon dont sa mort s'était déroulée, avant de bondir dans un saut ultime, franchissant le canyon la séparant de la mort éternelle. Perle de Rosée du Clan des Foudroyants venait de se donner la mort un soir d'orage, sous un arbre frappé par la foudre. Ironie dites-vous ! Mais elle avait choisi.

À présent, imaginez une très jeune et très charismatique chatte. Imaginez-là se mettre difficilement sur ses petites pattes de nouveau-né. Imaginez sont rire lorsqu'elle bascula en arrière devant les regards amusés des reines de la pouponnière. Imaginez combien ses yeux bleus brillaient de joie mais aussi de tristesse, imaginez comment son regard de cristal gelé glissait sur tout un chacun ne cherchant qu'une personne sa mère. Mais elle ne la voyait pas. Imaginez ses larmes transparentes coulant sur ses joues. Imaginez sa queue et ses oreilles baissées, ses pattes la menant faiblement à sa litière. Imaginez son beau pelage de teinte marron clair et blanc se soulever au rythme de ses pulsations cardiaques régulières. Imaginez le regard de pitié que sa protectrice lui lançait à son insu. Imaginez le lendemain, la petite se levant et se postant devant la pouponnière en plein contre jour par rapport à l'intérieur de l'habitacle. Imaginez comment les chatons tombèrent en extase devant sa séduisante et luisante beauté enfantine. Imaginez son pelage devenir subitement luisant d'une lumière pure qui n'est que blancheur, rajoutant ainsi un sentiment d'observer un ange tombé du ciel en te regardant. Imaginez-là, impériale, toisant chaque regard passant à sa portée, imaginez-là dehors, fière et hautaine mais tout en restant joyeuse et amicale. Puis, imaginez-là la nuit. Cette nuit noire qui la terrifiait car un cauchemar venait sans cesse et sans répit la hanter chaque nuit. Imaginez ses longues plaintes emplies de désespoir et de terreur. Une terreur à l'état pur. Tellement forte que vos os se glace en percevant ce son douloureux. Du désespoir tellement prononcé que cela vous arrache des larmes. Petite Brume du Clan des Immergeant était née, sans se douter une seconde qu'une guerrière morte depuis une heure seulement s'était réincarnée en elle.



Mon Caractère


Imaginez une jeune chatte, une guerrière plus précisément. Imaginez-là parfaitement heureuse aux côtés d'un autre, sachant pertinemment que vous l'aimiez tout de même. Imaginez sa joie, son euphorie et surtout, son amour. Oui, cet amour dénué de pessimisme, cet amour pur et profond que vous avez voulu qu'elle vous porte avant qu'elle n'en choisisse un autre, plus beau, plus fort, plus intelligent, bref, plus impressionnant que tout autre individu. Cette chatte-là, vous la jugez bourreau des coeurs, indigne de son rang et de votre affection amoureuse, vous ne pouvez vous empêcher de vous comparer à elle, vous comparez vos sentiments et vos qualités ainsi que vos pires défauts avec ceux de cette chatte qui, pourtant, n'a rien fait de plus qu'être heureuse avec un autre, ne vous considérant que comme un très bon ami malheureusement pour vous. Maintenant, imaginez cette même chatte, mais orpheline. Elle est devant le corps de sa mère, elle l'enterre, seule, à côté de la tombe très ancienne de feu son père. Il pleut. Il fait nuit. La lune luit d'une lumière lactée très forte. Les étoiles ne scintillent que peu. Elle pleure. La pitié ainsi que sa plus grande accompagnatrice, la compassion, monte en vous. Vous voulez vous approchez d'elle, la réconforter, lui dire que tout va bien que vous l'aiderez. Mais vous ne pouvez pas. Tout simplement car cette chatte, vous la détestez depuis votre enfance. Malgré votre pitié, votre compassion et la pointe de compréhension que vous distinguez dans votre être, vous ne pouvez vous empêcher de vous réjouir de son malheur. C'est ainsi qu'elle était. Douce, aimante, amicale, courageuse, hautaine, fière, arrogante, et bourreau des coeurs. Telle était la belle et jeune Perle de Rosée. Elle était aussi malade. Folle si vous préférez. C'est cela qui l'a incité à se tuer dans un éclair de folie. Folle mais lucide.

Imaginez, à présent, la petite chatte très charismatique que nous avons mentionné tout à l'heure. Imaginez la en train de jouer avec sa soeur, imaginez-là rire aux éclats alors qu'elle vient de se faire piégée sous le ventre de son adversaire. Que ressentez-vous en la contemplant ? De la bienveillance, de l'amusement et de la tendresse. Ces sentiments et ces émotions vous traversent en un éclair, en la regardant vous vous rappelez votre propre enfance qu'elle soit joyeuse ou malheureuse. Imaginez les sourires complices que s'échangent les deux soeurs en rentrant dans la pouponnière, entendant l'appel de leur mère adoptive. Maintenant, imaginez que le père arrive vers elles, le regard glissant sur sa fille cadette. Il ne la voit pas, car, étant atteinte d'une grave maladie incurable, elle est déjà morte à ses yeux. La fille aînée à beau inclure sa soeur dans ses phrases, en vain, pas un regard, pas une parole. Même quand elle ose enfin parler et regarder son père. Vous voyez dans ses yeux l'éclat de tristesse, de désespoir mais aussi une pointe de haine. La tristesse de n'être pas reconnu, le désespoir d'être un jour aperçu, la haine envers cet individu. Vous ressentez de la révolte, de la compassion, de la pitié et de la colère envers ce mâle chanceux d'avoir une fille comme elle et qui, pourtant, n'en à rien à faire. Vous ressentez l'envie de vous interposez entre les deux femelles et ce grand mâle, vous voulez lui crier que sa fille est aussi méritante que l'autre. Désormais, imaginez-là devant le cadavre de son père. C'est une guerrière. Elle l'a tué, elle sourit mais d'un sourire sans joie, aucune. Vous observez la marre de sang qui imprègne son pelage. Vus ressentez de la peur, une terreur à l'état pur. Et pourtant seule une infinie tristesse brille dans ses prunelles. Petite Brume inspire tout cela. Elle est intelligente, amicale, altruiste, optimiste, têtue, honnête, courageuse et irritable. Malade aussi.



Mon Histoire


Acte 1

Scène 1



Papa !
Papa réveille-toi !
Papa ouvre les yeux, regarde mes iris, contemple ma fourrure !
Papa regarde moi !
Papa arrête c'est pas drôle !
Papa !
Papa ?
Papa je t'en supplie...
Elle se releva dans la pouponnière laissée vide pour qu'elle puisse faire ses adieux à son père mourant, et hurla d'une voix aigu tout son désespoir. Petite Rosée était née depuis une heure. Et son père ne l'avait connu. La petite avait ouvert les yeux depuis une demi-heure à peine. Un quart d'heure plus tard, sa mère sortait puis revenait, le corps de son compagnon entre les crocs, pleurant à chaudes larmes. Elle avait déposé son corps au centre de la pouponnière et tout le monde était sorti de l'habitacle. Petit Brouillard, son frère, était allé faire ses adieux à son défunt père, comprenant et respectait le fait que son père ne l'aurait jamais vu et jamais connu. Petite Rosée y était allée juste après lui. Et elle ne comprenait pas. Elle ne le pouvait pas. A peine née, sa famille s'était brisée. Et elle ne le supportait pas. Sa mère se glissa dans la pouponnière et s'assit à ses côtés et lui lécha la tête entre les deux oreilles. Elle lui murmura des paroles réconfortantes et tenta de l'apaiser. Mais rien n'y fit.
Petite Rosée hurla et sa mère resta.
Petite Rosée pleur et sa mère resta.
Petite Rosée parla de la mort et sa mère resta.
Petite Rosée vomit et sa mère resta.
Petite Rosée s'endormit et sa mère l'emmena.
Au matin, elle alla sur la tombe de son père et y pleura une nouvelle fois. Ce fut aussi ce jour-là qu'eut lieu sa première crise. Elle perdit connaissance et son corps fut agité de violents et incontrôlables soubresauts. Un guerrier sortit du camp et l'aperçut. Il vint la rejoindre en courant et prit son pouls. Il ne battait que faiblement. Immédiatement, il s'empressa de l'amener chez le guérisseur. Celui-ci l'ausculta soigneusement et en conclut quelque chose de terrible. Petite Rosée était condamnée à mort. Elle n'avait que jusqu'à ses vingt-neuf lunes très précisément. Le chaton était trop petit pour comprendre toutes les conséquences de cette conclusion. Sa mère fut anéanti. Petit Brouillard, lui s'en fichait et jurait qu'il trouverait le moyen de la guérir. Mais personne ne le pouvait. Elle aurait des crises d'épilepsie de plus en plus longues et de plus en plus graves une fois par mois jusqu'au terme de sa vie.
Trois mois plus tard, à quatre lunes, sa mère trouva un nouveau compagnon. Que Petite Rosée détesta. Il était arrogant, hautain et fier. Tout ce qu'elle détestait. Son frère aussi ne l'aima pas le moins du monde. Les deux adultes eurent presque tout de suite une nouvelle portée d'un unique chaton. Petit Trouble. Les deux enfants le détestèrent lui aussi. Ce n'était pas le fait qu'il était comme son père. Du moins cela ne dérangeait pas vraiment Petite Rosée. Mais à ses yeux, il avait le meilleur traitement. Il avait tout. Un père. Une mère. Un frère et une soeur bien que demi. Il avait l'estime paternelle. L'amour maternel. C'était tout pour elle. Elle n'aimait pas voir le regard aimant de sa mère sur Petit Trouble et son regard de pitié en regardant sa fille. Les autres mères l'auraient réconforté, câliné, aimé encore plus mais pas sa mère. Celle-ci se contentait de l'ignorer purement et simplement. Petit Brouillard faisait des efforts qui commençaient peu à peu à aboutir. Mais très lentement cependant.


Scène 2



A leurs six lunes, Petite Rosée et Petit Brouillard cédèrent leurs noms pour Nuage de Rosée et Nuage de Brouillard. Au grand dam de Nuage de Rosée son mentor fut son beau-père. Damnation du Diable était son nom. Lui prenait plaisir à lui enseigner ses méthodes, il n'arrivait pas à comprendre pourquoi Nuage de Rosée lui vouait une haine sans fin ni faille. Pourtant, au fil du temps et des lunes, l'apprentie appris à apprécier son mentor. Elle devint sa réplique exact niveau caractère. Fière. Hautaine. Arrogante. Mais sans jamais cesser d'écouter son frère. Contrairement à ce qu'avait prédit le guérisseur du Clan, Nuage de Rosée multipliait les crises d'épilepsie et frôlait la mort très, même trop, régulièrement. Cela la rendait de plus en plus malade mentalement, moins résistante au traumatisme mental.  A ses dix lunes, son cher demi-frère devint Nuage Troublant. Ce fut aussi à cet période que son frère mourut. De sa patte.
Ils se baladaient tout les deux sur le territoire du Clan des Foudroyants quand Nuage de Rosée avait été victime d'une énième crise d'épilepsie. Durant celle-ci, elle ne s'évanouit pas. Au contraire. Elle resta parfaitement lucide à l'exception de certaines choses. Ses pupilles avaient pris les mêmes teintes que ses iris et son expression était impassible accompagnée d'un unique sourire. Qui n'avait rien de rassurant. Elle sauta sur son frère et l'égorgea d'un seul coup. Celui-ci mourut. Il n'avait pu se défendre, étant trop surpris par le soudain retournement de situation. Il chuta lourdement, de l'angoisse dans les yeux. Ce fut à ce moment précis que Nuage de Rosée redevint elle-même. Elle contempla le corps sans vie, les yeux éteints.
Nuage de Brouillard !
Nuage de Brouillard réveille-toi !
Nuage de Brouillard ouvre les yeux, respire !
Nuage de Brouillard regarde moi !
Nuage de Brouillard arrête c'est pas drôle !
Nuage de Brouillard !
Nuage de Brouillard ?
Mon frère je t'en supplie...
Elle hurla. Elle reconnaissait les paroles qu'elle venait de prononcer. Les mêmes ou presque que celles qu'elle avait dédiées à son défunt père. Elle pleura longtemps. Et enfin, elle revint au camp, portant le cadavre de son frère. Ce ne fut pas les regards de pitié qui fut le pire pour elle. Ce fut le rire de Nuage Troublant et celui de sa mère qui sortaient de la pouponnière. Rire qui s'arrêta quand leurs yeux s'arrêtèrent devant le corps du défunt. Sa mère la regarda et ne prononça qu'une parole.

C'est ta faute...

Elle voulait pleurer. Elle voulait crier à en perdre la voix. Elle voulait pleurer. Elle voulait fuir. Elle voulait mourir. Elle voulait ne pas avoir à rester là. Mais elle ne put pas. Les paroles de sa mère sonnait comme un reniement. Et cela, elle ne le supportait pas. Damnation du Diable, son mentor mais aussi son beau-père bondit être elle et sa génitrice et tenta d'expliquer à sa compagne que ce n'était pas en la reniant ni en l'ignorant, préférant ses autres enfants que cela allait aider la pauvre apprentie traumatisée. Ce soir-là, son baptême de guerrière eut lieu. Sa mère n'y assista pas. Ce ne fut pas elle qui la regarda du bas du Promontoire. Ce ne fut pas elle dont l'éclat des yeux démontrait sa fierté. Ce ne fut pas elle qui vint la féliciter contrairement au reste du Clan. Ce fut Nuage Troublant et Damnation du Diable.


Scène 3




Tais-toi !
Tu l'as tué !
Monstre !
Tout est ta faute !
Ne t'approche plus de nous !
Tu vas finir par tous nous tuer !
Elle gémit et se réveilla en sursaut. Sa mère hantait les rêves de Perle de Rosée. Sa mère qui était morte depuis une lune et venait lui répéter ces mêmes paroles chaque nuit. Cette nuit-là, ce fut une fois de trop. La jeune guerrière de vingt-huit lunes savait pertinemment que dans une lune jour pour jour elle allait mourir. Et cela lui plaisait. Car elle ne souffrirait plus, sa mère ne la hanterait plus et elle serait aux côtés de son père et de son frère. Qui auraient dû être à ses côtés bien plus tôt. Rapidement, la chatte se leva, s'ébroua, s'étira et sortit de la large tanière des guerriers. Il faisait nuit noire dehors. La lune ne brillait que peu et les étoiles encore moins. C'est à peine si elle voyait où elle posait les pattes. Il pleuvait. Le tonnerre grondait au dessus d'elle. Sans s'en préoccuper plus que ça, Perle de Rosée partit à la frontière commune avec le Clan des Immergeant. Là-bas, elle s'arrêta devant la rivière qui serpentait le long de ladite frontière, aux eaux sombre et profonde.
La guerrière adressa une courte prière au Clan des Étoiles.
Puis, sans hésiter un seul instant, elle sauta.
Au début ce fut facile. Elle se laissait couler au fond de l'eau tel un galet que l'on aurait jeté. Puis, elle fut victime d'une crise d'épilepsie. Durant celle-ci, elle remonta à la surface, recracha l'eau qu'elle avait dans les poumons et s'apprêtait à partir quand elle redevint elle-même. S'entama alors un combat contre sa propre personne. Une partie d'elle voulait la vie sauve et l'autre voulait une mort certaine. Alors, elle enchaînait les plongeons et les remontées mais en vain. Elle s'affaiblissait plus qu'autre chose. Dans un ultime moment, la partie d'elle qui souhaitait le repos éternel eu le dessus. Définitivement. Elle se jeta dans la rivière se laissant couler encore une fois. Mais ce fut terrible. Son instinct de survie lui dictait de remonter mais elle n'en fit rien. Elle sentait l'air de ses poumons se raréfier, les bulles se faisait plus petites et moins consistantes autour d'elle. Elle voulut hurler, ouvrit la bouche mais l'eau s'y engouffra, étouffant le son aigu de sa voix. Elle sentait son coeur battre moins vite et ses poumons se contractait tant à la recherche d'oxygène qu'elle avait l'impression que l'on fouillait ses entrailles à mains nues. Son pelage s'ébouriffa, formant une sorte de grosse boule de poil. Elle ouvrit les yeux qui se brûlèrent au rare grains desel que contenait la rivière, mais elle lutta pour n pas les fermer.
Boum Boum Boum
Boum Boum Boum...
Boum Boum
Boum Boum...
Boum
Boum...
...
Voilà ce que son coeur fit. Il s'arrêta de battre petit à petit. C'est alors que son corps remonta à la surface. A l'instant même, un éclair venait foudroyer et arrêter définitivement ses fonctions vitales en l'atteignant. Son corps fut retrouvé quelques heures plus tard. Ses deux derniers proches, Nuage Troublant et Damnation du Diable, furent anéantis.


Entracte


...
Boum...
Boum
Boum Boum...
Boum Boum
Boum Boum Boum...
Boum Boum Boum
Ce fut ce que fit son coeur lorsqu'elle entra au sein du Clan des Étoiles. Elle se releva rapidement. Elle vit son père. Elle vit son frère. Mais ceux-ci ne sourirent pas.

Qu'as-tu fait... soupira l'un.
Te rends-tu compte de la gravité de tes actes ?! grogna son frère.

Et c'est à qu'elle aperçut sa mère. Qui souriait. Oh ! Pas d'un sourire cruel  Mais d'un sourire qui resplendissait d'amour et de fierté. Perle de Rosée fronça les sourcils. Mais que se passait-il donc ? Ils étaient enfin réunis ! En famille ! Pourquoi briser cette belle espérance qui l'animait depuis la mort de son paternel, durant sa ténébreuse enfance. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais résista contre cette envie. Elle était une guerrière. Elle avait une dignité à conserver tout de même !

Tu vas retourner chez les vivants ma chérie. Vivre une belle vie dans une famille en pleine forte. C'est ce qu'ils ont décidés pour toi. Mais tu n'auras aucune possibilité de sortie. Tu mourras de vieillesse comme tu aurais dû le faire. Tu ne seras pas malade, ta famille sera à tes côtés, ils nous l'ont assurés. lui expliqua sa mère en souriant.

Et, avant que la défunte guerrière e puisse protester, elle sentit les présences de son frère, de son père et de sa mère se dissiper. Elle senti ses pattes rétrécirent ainsi que le reste de son corps adulte. Puis, ce fut ses poumons qui se vidèrent peu à peu. Et son coeur s'arrêta.

Boum Boum Boum
Boum Boum Boum...
Boum Boum
Boum Boum...
Boum
Boum...
...


Acte 2
Scène 1


Il faisait nuit. Il neigeait. La lune commençait à descendre, laissant place à une aube resplendissante. Se confondant dans la neige, un petit corps blanc et marron clair se soulevait faiblement au rythme de sa respiration irrégulière. Des pas dans la neige se firent entendre. Un miaulement de surprise. Quelqu'un la prit entre ses mâchoires. Ce quelqu'un n'avait que peu de temps avant que la petite ne meure.
Quelques instants plus tard, il était chez le guérisseur qui décréta la petite malade. Mais d'une maladie incurable. Il la confia à une reine douce et aimante. Avec elle fut déposée une autre petite femelle. La reine les appela Petite Galaxie pour l'aînée et Petite Brume pour la fille cadette. Les deux petites grandirent dans l'amour et la douceur de la reine qui s'avéra être leur mère adoptive. Leur ère biologique étant morte en les mettant toutes deux au monde. Leur père ne faisait pas attention à Petite Brume, la considérant comme déjà morte à ses yeux. Petite Galaxie faisait son possible pour la faire briller mais en vain.
La nuit, des cauchemars la hantait. Une certaine guerrière se noyant puis étant foudroyée. Bien que cela lui dise quelque chose, elle ne voyait pas quoi. Chaque soir elle se réveillant en hurlant. Elle criait souvent le nom de sa mère qu'elle avait appris par sa soeur qui elle-même l'avait appris de leur père.
Maman !
Maman je t'en supplie reviens !
Maman ne me laisse pas seule !
Maman aide-moi !
Maman...
Maman je ne survivrais pas sans toi.
Maman !
La petite se réveillait en sursaut. Des bribes de souvenirs lui revenaient sans cesse. Un corps d'une fourrure d'albâtre, une froideur cadavérique, les pattes arrières broyées, des yeux d'un bleu perçants....
Petite Brume avait confié tout cela à sa soeur, Petite Galaxie. Celle-ci lui en voulut terriblement et rompit tout contact avec elle. La malade était seule. Elle devenait solitaire et sombrait dans la folie de jour en jour, se surprenant a rire lorsqu'un ancien mourait et a grimacer de contrariété quand quelqu'un guerissait.
Petite Galaxie reste avec moi !
Aide moi !
Je sombre...
Je ne tiens plus...
Tu es mon seul espoir !
Petite Galaxie tu me manques....
Murmure-t-elle chaque jour dans les abysses de son esprit torturés.

Scène 2

Cette scène est le présent, elle est à écrire par les deux petites vivant aujourd'hui dans le Clan des Immergeant. Que se passera-t-il donc pour Petite Brume ? À vous de le découvrir...




Informations Complémentaires


Prénom : Lucie
Age : 12 ans
Comment avez-vous connu le forum : By Kinder
Ce que vous en pensez : Ben... j'en pense que *roulement de tamourins* qu'il est bien et qu'il a un bel avenir si tout le monde s'y met.
Un truc à dire en plus ? Nope
Les codes du règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-astre-mystique.forumactif.org
 
Petite Brume
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amazing Cat :: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: